Leverbal.org

littéralement ouvert


Qu’est-ce que tu branles ?

T’es là, devant ton écran, tu cliques comme un con entre les programmes qui sont sur le bureau. Tu ouvres ta boîte aux lettres, tu reçois que des spams et des virus de merde. Tu fous rien, devant ton écran.
Tu glandes comme un con sur ta chaise et t’es même pas foutu d’avoir une envie de faire quelque chose. Pourtant c’est pas les trucs à faire qui manquent, bordel. Tu l’as déjà fait mentalement la liste, hein ? ça t’as bien fatigué d’ailleurs…
Alors bordel, qu’est-ce que tu branles, là, à rien foutre devant ton putain d’écran d’ordi ? Pourquoi tu restes planté là les doigts dans le cul comme un gland ? T’as pas faim, t’as pas soif, t’as pas sommeil. Mais bordel qu’est-ce que tu veux ? Mater un film ça t’emmerde. Surfer sur le web ça te saoule. Tu fais quoi alors ? T’écris un texte de merde ? Un texte de merde de plus ? Tu crois que ça va changer quelque chose ? Quand tu auras fini tu feras quoi, gros malin ? Hein ? ça te défoule, peut-être ?
Ouais, ça a l’air de te faire du bien d’enchaîner des phrases creuses pleines de mots grossiers comme un gamin de dix ans, hein ?
Franchement nul. Franchement nul. Pourquoi t’appelles pas un pote ? Tu veux pas déranger ? T’as peur qu’ils sentent que tu t’emmerdes comme un rat mort et qu’ils t’appellent plus pendant 3 semaines ?
Mais sors ! Va prendre l’air ! Il fait beau aujourd’hui, putain, y a même pas de vent ! C’est quoi qui te fait chier ? Le bruit ? Les voitures ? C’est marcher qui te fatigue ? Eh ben va te foutre sur un banc pour profiter un peu de l’air ! A moins que t’aies les boules qu’un mec vienne te péter les couilles pour un euro ?
C’est dingue, ça ! Tu peux pas profiter un peu, tout simplement ! T’es en bonne santé, tu vas pas crever demain. T’es pas à la rue, tu sais où tu vas dormir ce soir. T’as pas de problème de thunes grave, tu peux bouffer à ta faim. C’est quoi qui te paralyse comme ça ? Tu flippes en pensant à tous les pauvres du Tiers-Monde, c’est ça ? Mais bordel, qu’est-ce que tu peux y faire, à ton échelle, là, maintenant, hein ? Tu peux me dire ? Rien ! Nada ! Niet ! Que dalle ! Arrête de te prendre la tête avec ça, ça sert à quoi ? Tu as choisi de naître ici et pas parmi les pauvres ? Ben, non ! C’est quoi qui te fais chier, en fait, hein ? C’est de devoir assumer le fait que t’as tiré le bon ticket à la crèche et que eux, non ? Mais bordel, c’est la vie, ça ! Tu vas pas chialer parce que t’as eu de la chance quand même, si ? Ah, c’est sûr, tu culpabiliserais moins si t’étais pas au courant qu’il y en a autant que ça qui crèvent la dalle à quelques milliers de kilomètre. Mais c’est pas en foutant rien devant ton ordi que t’arrêteras de culpabiliser, mon gars. A ta place, je bougerais un peu mes grosses fesses pour faire quelque chose. Même un truc débile, absurde, sans intérêt. Mais un truc. Qui t’occupe la tête suffisamment pour arrêter de penser au malheur des autres.
Et tu sais quoi ? Si tu te mets à faire un truc, même un truc débile, absurde, sans intérêt… Ben peut-être que ce truc, d’une manière ou d’une autre, je sais pas moi, en faisant réfléchir un con, ou en faisant marrer un mec qui a des vrais problèmes, ou quoi que ce soit d’autre, ben peut-être que ce truc il fera que le malheur d’une, voire de plusieurs personnes, il sera moins lourd. T’as même pas besoin d’espérer que ça va le faire. Fais ton truc, ça se trouve tu sauras jamais que ça a aidé un gars quelque part, et même que ce gars, ça se trouve, il saura jamais que c’est grâce à toi qu’il va mieux. Mais ce qui est sûr, sûr et certain mon gars, c’est que c’est sûrement pas en restant là comme un branleur que ça arrivera, OK ? Branleur !

Tags: Humeurs, Humour...

Vous devez vous enregistrer pour laisser un commentaire.