Leverbal.org

FUCK ADVERTISING


L’intelligence en marche

Puisqu’il est de bon ton depuis peu de se regarder le nombril dans Contacts, pour en conclure qu’il est triste, moche, ou sympathique, je m’excuse donc dès à présent d’avoir un point de vue ex-centrique sur l’association.
En marge des débats politiques qui ont poussé comme des champignons depuis un premier tour des présidentiels plutôt houleux, ma démarche personnelle m’a amené à découvrir un petit trésor parmi tout ce marasme, une perle dans une huître mazoutée, bref, une bien belle idée au milieu de cette glose écoeurante sur la Démocratie et la Patriotisme.
Pour ceux qui en ont déjà entendu parler, le Parti Blanc n’est que le sommet de l’iceberg des mouvements apolitiques qui réfléchisssent sur ce qu’est réellement la représentativité, et la délégation plus ou moins subie du pouvoir politique. Parmi ces trouble-fête, on trouve un certain Mouvement pour l’Initiative Populaire (MIP), se battant pour l’instauration du Référendum d’Initiative Populaire (RIP).
Le RIP ne fait que suivre à la lettre ce que proclame la Constitution. Le dernier alinéa de l’article 2, visant la République, indique: “Son principe: gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.” Et l’article 3: “La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.” Le RIP, c’est la possibilité pour tout citoyen ou groupe de citoyen d’interpeller un élu, du communal au national, voire européen, sur leur programme, mais aussi de pouvoir faire une proposition de réforme, d’un texte de loi ou autre, qui aura force de loi si elle reçoit le suffrage d’une majorité de Français par le vote. Les détails de cette idée, de son instauration et de son application, sont décrits sur le site du MIP: www.ifrance.com/mipfrance.
Tout cela c’est bien gentil, me direz-vous, mais au-delà du fait que les M’s soient des citoyens avant d’être des QI, quel rapport avec Mensa ? Le rapport part d’un constat : depuis 1993, TOUS les partis politiques proposent ou ont proposé de mettre en place le RIP dans leur programme électoral, et AUCUN ne l’a fait. Pourquoi ? L’accusation est grave : la classe politique ne serait occupée que par des carriéristes qui ne pourraient supporter que le bas peuple mette le nez dans leurs affaires. Car en définitive, quel est le seul argument qui puisse soutenir la position des politiques, s’il ne s’agit pas d’une mesquinerie individualiste ? Je vous le donne en mille: les gens sont trop idiots pour qu’on leur donne autant de pouvoir. Voilà à quoi mène l’élitisme. Si l’on ne tient pas compte du simple fait que cette vision de la population est condamnable voire répréhensible, l’argument est nul pour deux raisons évidentes :
- Si les gens sont trop bêtes pour se prononcer sur des réformes ou des textes de loi, pourquoi le seraient-ils moins lorsqu’il s’agit d’élire quelqu’un sur un programme ? Et s’ils le sont autant, quelle est alors la légitimité de nos élus ?
- De quel droit certains décideraient-ils de ce qui est juste pour d’autres ? Parce que l’on est moins intelligent que d’autres, on n’aurait pas le droit de choisir ce que l’on veut pour soi ?

A cela j’ajouterai quelques remarques :
- Le principal problème concernant la prise de décision des gens est le manque d’information pertinente, ou le manque d’information tout court sur un sujet. Imaginez ce qui se serait passé si lors de l’explosion de Tchernobyl on avait dit la vérité aux Français et si on leur avait demandé par voie référendaire ce qu’il fallait faire du programme nucléaire… Et malgré tout, le matraquage médiatique a ses limites. Un exemple de RIP aux USA le montre: le refus du projet de rétablissement de la peine de mort par 67% des électeurs du district de Columbia malgré une campagne insistant sur la hausse vertigineuse de la criminalité dans la capitale fédérale. Au passage, en 1998, 54% des Français sondés étaient contre le rétablissement de la peine de mort en France…
- Sans se faire l’avocat du diable, je reprendrais simplement la vision humaniste d’un ancien M’s, M. Isaac Asimov, dans son livre “La fin de l’Eternité” :
“C’est en faisant face aux grandes épreuves que l’Humanité peut avec le plus de succès s’élever à de grandes hauteurs. Du danger et de l’insécurité permanente vient la force qui pousse l’Humanité à de nouvelles et toujours plus difficiles conquêtes.”
- Les politiques et l’intelligentia auraient-ils oublié la Déclaration des Droits de l’Homme de 1793 ? Voici ce que nous dit l’Article 28: “Un peuple a toujours le droit de revoir, de réformer, de changer sa Constitution. Une génération ne peut assujettir à ses lois les générations futures.” Rien n’empêche un peuple de changer d’avis sur une loi, sur un principe de fonctionnement de son pays, si ce n’est l’immobilisme de ses dirigeants.

Alors ? Qui pourrait dire qu’un membre de Mensa est trop bête pour lancer ou voter une proposition issue du peuple ? Ne serait-il pas temps de montrer qu’intelligence n’est pas synonyme d’élitisme mais plutôt d’humanisme ? Et à tout ceux qui considérent que le QI n’a rien à voir avec l’intelligence, il est encore plus urgent de montrer que le bon sens n’est pas du côté de ceux qui eux se croient plus intelligents que les autres, parce que, soit disant, ils “sauraient”, mieux que quiconque, séparer le “bon grain” de l’”ivraie”.

S’il y a bien une chose contre laquelle doit se battre une association telle que Mensa, c’est l’ensemble des préjugés qui touchent à l’intelligence. C’EST CLAIR, NON ?

J’invite donc dès à présent Jacques Quintallet, Président de Mensa France, à envoyer une lettre au Président de la République, et les présidents de régions à leurs élus locaux, pour que cesse cette vision infamante de la population française, en exigeant l’instauration immédiate du RIP.
Et pour les plus motivés, mobilisez-vous ! Présentez-vous aux législatives en revendiquant votre appartenance au MIP, tout est expliqué sur leur site Internet.

AGISSONS MAINTENANT POUR QUE DANS 5 ANS LA COLERE DES FRANCAIS NE S’EXPRIME ENCORE PLUS VIOLEMMENT !

Tags: Politique

Vous devez vous enregistrer pour laisser un commentaire.